Archives par étiquette : lesecharmeaux

Le Col des Écharmeaux

Vue sur la vallée d'Azergues

Le lieu-dit « Les Écharmeaux » fait partie de la commune de Poule-Les Écharmeaux dont le village est situé en contrebas.

Le col des Écharmeaux est bien connu pour sa situation dominante offrant au voyageur un panorama ouvert sur la haute vallée d’Azergues. Il est situé sur la ligne de partage des eaux atlantique/méditerranée et le GR 7 le traverse.

Napoléon 1er

La statue de Napoléon 1er qui orne la carrefour est l’œuvre d’un homme du pays, Jean MOLETTE fils (1819-1889).
Ce dernier, sabotier de son état et sculpteur naïf à ses heures, réalisa cette statue sous le Second Empire alors qu’il habitait aux Écharmeaux.

 

Napoléon 1er

Aux Écharmeaux, le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851 a été plébiscité plus par nostalgie de l’Empire que par conviction.
Cependant en avril 1852, dans le canton de Vaux en Beaujolais les habitants convoient jusqu’à Lyon une énorme pierre tirée par 8 boeufs et 3 chevaux, destinée à servir de piédestal à une statue de Napoléon 1er sculptée à Paris, et qui, par la vallée de la Saône arrivera dans la métropole des Gaules en septembre.
A cette nouvelle, Jean Molette qui a le sang vif, décide de commémorer sur place, à son tour et à sa façon, le premier empereur des français et il saisit son ciseau, non pas de sabotier mais de sculpteur.

Napoléon 1er - Piédestal

Il lui faudra huit ans pour achever son œuvre au bas de laquelle il gravera ces quatre vers :
O ! toi puissant héros que l’Univers admire
O ! toi qui nous donnas la gloire avec l’Empire
Supporte que ma main en ses loisirs retrace
Et tes nombreux exploits et ton auguste face

Voir la plaquette consacrée à Jean Molette >>> Jean Molette

Vous trouverez au col des Écharmeaux une auberge, pour vous accueillir.
En contrebas du col, le village de Poule-Les Écharmeaux met ses commerces à votre service (médecins, pharmacie, santé, alimentation, tabac, journaux, garage et station service). Vous pourrez également y séjourner en gîte, chambre d’hôtes avec table d’hôtes ou camping.

 

Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle

Le GR 7 qui traverse Poule-Les Écharmeaux est emprunté partiellement par l’un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Il s’agit du chemin de pèlerinage qui part de Cluny en Saône et Loire via le Puy en Velay en Haute-Loire.
De la capitale religieuse qu’était Cluny en l’an 1000 au Puy en Velay, quelques étapes du Chemin de Compostelle ont été identifiées comme quasi certaines. Le chemin du Puy en Velay (via Pondiensis) est long de 1600km, il est très estimé car il semble le plus ancien (remontant à Godescale 951).

Compostelle

Le pèlerinage est né de la découverte miraculeuse faite en Galice vers l’an 800, d’un tombeau. Ce tombeau a été retrouvé par l’ermite Pelayo (ou Pelagius) qui déclara avoir eu une révélation dans son sommeil. Il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d’où une des étymologies avancées pour Compostelle : Campus Stellae ou champ de l’étoile.
Sans autre preuve que la révélation mystérieuse, l’Église locale déclara qu’il s’agissait du tombeau de l’apôtre Jacques, frère de Jean l’évangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. Les premiers écrits mentionnant la prédication de Jacques en Espagne remontent au VIIe siècle. Ils ont été repris au XIIe siècle et incorporés au Codex Calixtinus. L’apôtre Jacques aurait quitté le Proche-Orient au Ier siècle avec pour mission de prêcher la parole du Christ en occident jusque dans la péninsule Ibérique.
Rentré en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa. Recueillie par ses compagnons, sa dépouille fut portée dans une embarcation.
Guidée par un ange, l’esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s’échouer sur les côtes de Galice.
Théodomire, évêque d’Ira-Flavia (aujourd’hui Padrón), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835 et le roi Alphonse II des Asturies y fit édifier une église.
Il faudra toutefois attendre l’année 1884 pour que le pape Léon XIII confirme de son autorité, dans la lettre Apostolique Deus Omnipotens, la reconnaissance des reliques de saint Jacques faite par l’archevêque de Compostelle.

Plus d’informations >>> Logo ACIR

Au XIIe siècle, Compostelle s’approprie la coquille
Logo Compostelle……………………………………………. Coquille de Compostelle

Dans le Veneranda dies, sermon du Codex Calixtinus, on peut lire ceci :
« Les pèlerins qui reviennent de Compostelle rapportent des coquilles, qui signifient les bonnes oeuvres…
Il y a dans la mer de Saint-Jacques des poissons communément appelés vieiras qui ont sur deux côtés des protections en forme de coquilles, entre lesquelles se cache un poisson analogue à l’huître. Les valves de la coquille sont formées comme les doigts d’une main (les Provençaux les nomment nidulas, et les Français crousilles).
Les pèlerins les fixent au retour du tombeau de saint Jacques à leurs capes en l’honneur de l’apôtre comme en son souvenir et les rapportent avec grande joie chez eux en signe de leur long périple.
Les deux valves du coquillage représentent les deux préceptes de l’amour du prochain auxquels celui qui les porte doit conforter sa vie, à savoir aimer Dieu plus que tout et son prochain comme soi-même… les valves qui sont disposées à la façon des doigts désignent les bonnes œuvres dans lesquelles celui qui les porte doit persévérer. Et les bonnes œuvres sont joliment désignées par les doigts, parce que c’est par eux que nous opérons lorsque nous faisons quoi que ce soit.
Ainsi, de même que le pèlerin porte la coquille tant qu’il est sur le chemin de l’apôtre, de même il doit se soumettre aux commandements du Seigneur. »
Traduction Bernard Gicquel, professeur honoraire, faculté du Maine

La bretelle de Cluny au Puy en Velay

De Cluny à Poule-Les Écharmeaux (col) :
Cette première partie de 55km représente environ une bonne quinzaine d’heures de marche (altitude mini 265m, maxi 712m) et passe par Mazille, Sainte Cécile, Tramayes, Cenves, Saint-Jacques des Arrêts, Chagny, Ouroux, Col de Crie, Mont Saint-Rigaud, Col de Patoux, Propières, Azole.
De Poule-Les Écharmeaux (col) au Puy en Velay :
Cette seconde partie de 260km représente environ 63 à 65 heures de marche (altitude mini 262m, maxi 1162m) et passe par Col des Aillets, Col des Ecorbans, Col de la Bûche, Le Cergne, Charlieu, Saint-Nizier sous Charlieu, Pouilly sous Charlieu, Briennon, La Bénisson-Dieu, Noailly, Saint-Romain la Motte, Saint-Haon le Châtel, Renaison, Saint-André d’Apchon, Saint-Alban les Eaux, Lentigny, Saint-Jean Saint-Maurice, Bully, Dancé, Amions, Pommiers en Forez, Bussy Albieux, Arthun, Sainte-Agathe la Bouteresse, Montverdun, Chalain d’Uzore, Champdieu, Curtieux, Montbrison, Saint-Thomas la Garde, Saint-Georges Haute Ville, Margerie Chantagret, Saint-Jean Soleymieux, Montarcher, Estivareilles, Apinac, Leignecq, Cubelle, Valprivas, Châles, Sarlanges, Retournac, Chamalières sur Loire, La Roche en Régnier, Vorey sur Arzon, Lavoûte sur Loire.

Bani&egrave:re ARAASJ

La canirando, l’orpaillage

Être trappeur à Poule-Les Écharmeaux

Créée en 1996, l’association Chippewa Loisirs & Nature propose, sous sa responsabilité, des activités de loisir en famille autour du thème des trappeurs. Régine POLO est musher professionnel au sein de l’association.

Les activités avec les chiens s’effectuent sous le contrôle d’un « musher ». Un musher est un conducteur de traîneaux à neige tiré par un attelage de chien d’attelage. L’origine du mot vient des conducteurs de traîneau qui, pour faire avancer leurs chiens d’attelage (malamute, husky sibérien, samoyède par exemple), disaient « marche », devenu « mush » en anglais. Un musher professionnel est une personne diplômée dont le métier est d’emmener d’autres personnes découvrir le traineau, la pulka, la cani rando, les chiens, etc…

La canirando

La canirando est une randonnée ludique et active, ou chacun, équipé d’une ceinture spéciale et d’une longe élastique est tracté par un chien au harnais (adapté à son gabarit).

La visite de la meute

La visite de la meute s’effectue à travers une approche éthologique (étude du comportement animal) de ces chiens si particuliers (interactions, modes de communication, rituels de soumission, secrets de la hiérarchie et fonctionnement de la meute).

La visite de la cabane du trappeur

La cabane du trappeur présente la vie quotidienne des « chasseurs de fourrure » du grand nord.

L’orpaillage en Haute Azergues

L’Azergues aurifère. Le maniement de la battée permet de s’identifier aux chercheurs d’or.

 

Pour plus d’informations >>> Logo CHIPPEWA

La pêche

Les cours d’eau poulons et leur environnement
L’Aze et l’Ergues (à l’origine, ces deux cours d’eau s’appelaient Azergues, mais ils ont été renommés pour des raisons de facilité de gestion lors de la création d’un comité de rivière) prennent leur source l’un au col de Patoux à 900 m d’altitude et l’autre sous le col des Écharmeaux vers 650-700 m dans le massif du Saint-Rigaud, plus haut sommet du département.

Les deux cours d’eau confluent en amont de Lamure sur Azergues pour former l’Azergues. Cette dernière a trois affluents : le Soanan (rive droite), la Brévenne (rive droite et la Turdine (rive gauche).
L’Azergues parcourt une soixantaine de kilomètres avant de se jeter dans la Saône à Anse. Ce tronçon correspond au cours torrentiel de l’Azergues, qui traverse les derniers reliefs du Massif Central, composés de roches cristallines.
Les pentes sont couvertes de forêts de production dont l’essence principale est le Douglas. Dans les fonds de vallée, surtout vers l’amont, subsistent encore quelques prairies pâturées.
En plusieurs endroits subsistent des galeries de mines correspondant à d’anciennes exploitations de minerais. Elles sont occupées par les chauves-souris qui les ont « recyclées » en dortoir pour l’hivernage, où elles vivent en léthargie profonde en attendant le retour de l’émergence des insectes au printemps. L’une d’entre-elles est située aux mines de Vallossière, à Claveisolles.
Visité discrètement tous les hivers depuis une vingtaine d’années, celle-ci représente le premier site d’hivernage du département du Rhône, aussi bien en nombre d’individus (jusqu’à plus de cent individus certains hivers) qu’en nombre d’espèces (plus d’une dizaine d’espèces, dont sept parmi celles dont la protection est considérée comme un enjeu européen).
Il convient de signaler la présence du Petit et du Grand Rhinolophes, espèces en voie de disparition ici comme d’une façon générale en Europe.
Bel exemple de logique écologique et de chaîne alimentaire, la bonne qualité des eaux entraîne une profusion de vie aquatique permettant la présence en bonne densité de l’Ecrevisse à pattes blanches, de la Lamproie de Planer parmi les poissons, ainsi que du Cincle plongeur chez les oiseaux. Quant au Martin-pêcheur d’Europe, il profite de l’abondance des alevins.

Vous pouvez voir les poissons de l’Azergues, en cliquant ici
Vous pouvez voir le Spirlin, nouvellement découvert dans l’Azergues, en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°2 « Travaux en rivière », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°3 « La Renouée du Japon », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°4 « Les plans d’eau », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°5 « L’Écrevisse signal », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°6 « Les seuils en rivière », en cliquant ici
Le plan d'eau

Où et comment pêcher à Poule-Les Écharmeaux ?

Vous pouvez pécher dans le plan d’eau (1ha 32a / 17 000m3) de 2ème catégorie situé à quelques pas du village ou dans l’Azergues.
Les abords du plan d’eau sont aménagés et le camping municipal se situe en bordure.

 

Des informations pratiques sont disponibles en cliquant >>> Logo FDP 69 ou auprès de la Société de pêche La truite poulonne

Note : Les différents documents mis à disposition sont au format Télécharger Adobe Acrobat Reader