Archives de l’auteur : Webmaster

La canirando, l’orpaillage

Être trappeur à Poule-Les Écharmeaux

Créée en 1996, l’association Chippewa Loisirs & Nature propose, sous sa responsabilité, des activités de loisir en famille autour du thème des trappeurs. Régine POLO est musher professionnel au sein de l’association.

Les activités avec les chiens s’effectuent sous le contrôle d’un « musher ». Un musher est un conducteur de traîneaux à neige tiré par un attelage de chien d’attelage. L’origine du mot vient des conducteurs de traîneau qui, pour faire avancer leurs chiens d’attelage (malamute, husky sibérien, samoyède par exemple), disaient « marche », devenu « mush » en anglais. Un musher professionnel est une personne diplômée dont le métier est d’emmener d’autres personnes découvrir le traineau, la pulka, la cani rando, les chiens, etc…

La canirando

La canirando est une randonnée ludique et active, ou chacun, équipé d’une ceinture spéciale et d’une longe élastique est tracté par un chien au harnais (adapté à son gabarit).

La visite de la meute

La visite de la meute s’effectue à travers une approche éthologique (étude du comportement animal) de ces chiens si particuliers (interactions, modes de communication, rituels de soumission, secrets de la hiérarchie et fonctionnement de la meute).

La visite de la cabane du trappeur

La cabane du trappeur présente la vie quotidienne des « chasseurs de fourrure » du grand nord.

L’orpaillage en Haute Azergues

L’Azergues aurifère. Le maniement de la battée permet de s’identifier aux chercheurs d’or.

 

Pour plus d’informations >>> Logo CHIPPEWA

La zone humide des Monneries

Photo satellite

La commune est propriétaire d’un peu plus de 8 ha de terrain au lieu-dit « Les Monneries ».
Ces terrains à l’hydromorphie marquée constituent une zone humide.

Le contexte :

Les zones humides sont des milieux en régression dans le monde, peu connus et souvent mal aimés du grand public. Cependant elles présentent des intérêts particuliers. En effet, elles sont de véritables réservoirs biologiques et participent au maintien et à l’amélioration de la qualité de l’eau. Beaucoup d’études portent sur le recensement de ces zones mais les actions d’aménagement concernent essentiellement les grands sites avec des espèces rares et emblématiques.
Différentes études et prospections ont fait ressortir que les zones humides du bassin versant de l’Azergues sont généralement de petite taille et de faible intérêt patrimonial.
Toutefois, leur intérêt réside dans leur nombre et leur connexion, soit entre elles, soit avec les cours d’eau. Malheureusement, cette nature ordinaire ne bénéficie pas de l’attention portée aux sites d’intérêt patrimonial et devient de plus en plus menacée par les activités anthropiques (drainage, remblai, création de plans d’eau, …).
La zone humide des Monneries a déjà fait l’objet de diverses tentatives de valorisation (plantation forestière, projet de plan d’eau,…). Elle appartient à la commune et est partiellement inexploitée, conduisant à son emboisement naturel et à son enfrichement.

L’objectif :

L’objectif de cette opération est de contribuer à la préservation des zones humides de moindre importance.
L’information et la sensibilisation du grand public constituent un des grands axes d’action visant la préservation de ces sites, qui sont plus souvent menacés par la méconnaissance et la négligence que par une réelle volonté de destruction.
Il apparaît donc judicieux de rendre ce site accessible au public et de le doter d’équipements pédagogiques afin d’en faire un outil de sensibilisation grandeur nature.

Le public visé :

Afin de préciser la portée du projet et le public à cibler en priorité, une étude de marché a été réalisée par Adeline LONGEFAY, étudiante en BTS Tourisme stagiaire au Contrat de Rivière.
Il en ressort une forte attente du public local, en particulier scolaire et familial, qui souhaite allier découverte et promenade. Un lien avec le camping, le plan d’eau et le col des Écharmeaux sera en outre établi afin d’élargir la fréquentation du site aux gens de passage.

L’état initial :

L’intérêt principal du site réside dans la juxtaposition de différents habitats.
Zone humide
L’absence d’entretien depuis plusieurs années et le caractère très humide du site le rendent toutefois très difficilement praticable pour toute personne n’ayant pas d’équipement adéquat (bottes).
Un chemin de randonnée balisé longe le site mais aucune indication ne mentionne sa présence.

Le descriptif du projet :

Le projet consiste à aménager un sentier piétonnier d’environ 400m, en partie ou en totalité sur caillebotis, permettant la découverte des différents milieux de la zone humide. Ce parcours sera agrémenté de panneaux explicatifs et de bornes matérialisant les points à voir et renvoyant, pour les explications, à un livret pédagogique.
Un fléchage directionnel, au départ du camping et du plan d’eau, permet de rallier cet équipement. Il est également indiqué au col des Écharmeaux.
La promotion de cet aménagement est faite par un petit dépliant disponible à l’accueil du camping, en mairie et à l’office de tourisme de Haute Azergues.

• Voir l’article écrit par Pierre Marey pour Le Pays Beaujolais, en cliquant ici

Main verte Voir ou télécharger le livret pédagogique >>> Livret pédagogique de la zone humide

 
Zone humide

Les travaux :


Photos : Jacques Condemine et MJA Productions

La pêche

Les cours d’eau poulons et leur environnement
L’Aze et l’Ergues (à l’origine, ces deux cours d’eau s’appelaient Azergues, mais ils ont été renommés pour des raisons de facilité de gestion lors de la création d’un comité de rivière) prennent leur source l’un au col de Patoux à 900 m d’altitude et l’autre sous le col des Écharmeaux vers 650-700 m dans le massif du Saint-Rigaud, plus haut sommet du département.

Les deux cours d’eau confluent en amont de Lamure sur Azergues pour former l’Azergues. Cette dernière a trois affluents : le Soanan (rive droite), la Brévenne (rive droite et la Turdine (rive gauche).
L’Azergues parcourt une soixantaine de kilomètres avant de se jeter dans la Saône à Anse. Ce tronçon correspond au cours torrentiel de l’Azergues, qui traverse les derniers reliefs du Massif Central, composés de roches cristallines.
Les pentes sont couvertes de forêts de production dont l’essence principale est le Douglas. Dans les fonds de vallée, surtout vers l’amont, subsistent encore quelques prairies pâturées.
En plusieurs endroits subsistent des galeries de mines correspondant à d’anciennes exploitations de minerais. Elles sont occupées par les chauves-souris qui les ont « recyclées » en dortoir pour l’hivernage, où elles vivent en léthargie profonde en attendant le retour de l’émergence des insectes au printemps. L’une d’entre-elles est située aux mines de Vallossière, à Claveisolles.
Visité discrètement tous les hivers depuis une vingtaine d’années, celle-ci représente le premier site d’hivernage du département du Rhône, aussi bien en nombre d’individus (jusqu’à plus de cent individus certains hivers) qu’en nombre d’espèces (plus d’une dizaine d’espèces, dont sept parmi celles dont la protection est considérée comme un enjeu européen).
Il convient de signaler la présence du Petit et du Grand Rhinolophes, espèces en voie de disparition ici comme d’une façon générale en Europe.
Bel exemple de logique écologique et de chaîne alimentaire, la bonne qualité des eaux entraîne une profusion de vie aquatique permettant la présence en bonne densité de l’Ecrevisse à pattes blanches, de la Lamproie de Planer parmi les poissons, ainsi que du Cincle plongeur chez les oiseaux. Quant au Martin-pêcheur d’Europe, il profite de l’abondance des alevins.

Vous pouvez voir les poissons de l’Azergues, en cliquant ici
Vous pouvez voir le Spirlin, nouvellement découvert dans l’Azergues, en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°2 « Travaux en rivière », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°3 « La Renouée du Japon », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°4 « Les plans d’eau », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°5 « L’Écrevisse signal », en cliquant ici
Vous pouvez voir la fiche technique N°6 « Les seuils en rivière », en cliquant ici
Le plan d'eau

Où et comment pêcher à Poule-Les Écharmeaux ?

Vous pouvez pécher dans le plan d’eau (1ha 32a / 17 000m3) de 2ème catégorie situé à quelques pas du village ou dans l’Azergues.
Les abords du plan d’eau sont aménagés et le camping municipal se situe en bordure.

 

Des informations pratiques sont disponibles en cliquant >>> Logo FDP 69 ou auprès de la Société de pêche La truite poulonne

Note : Les différents documents mis à disposition sont au format Télécharger Adobe Acrobat Reader

Le Col des Écharmeaux, 1er col franchi par le Tour de France ?

Tour de France 2003

Suite à une idée du journaliste Géo Lefèvre, Henri Desgrange éditeur du journal L’Auto (ancien L’Auto-Vélo), annonce le 19 janvier 1903 dans son journal, la création de « la plus grande épreuve cycliste jamais organisée » : ce sera le premier Tour de France.

Henri Desgrange

Suite à une idée du journaliste Géo Lefèvre, Henri Desgrange éditeur du journal L’Auto (ancien L’Auto-Vélo), annonce le 19 janvier 1903 dans son journal, la création de « la plus grande épreuve cycliste jamais organisée » : ce sera le premier Tour de France.

Mythe ou réalité ?

Continuer la lecture